Le 5 juillet dernier, Wilfried Remans, Head of CSR & Public Affairs auprès de BNP Paribas Fortis, a été accueilli par le Roi Philippe au Palais. Il a assisté à une table ronde sur l’entrepreneuriat social, une thématique qui est au cœur de la banque.

L’entretien, qui a duré 2h30, réunissait des entrepreneurs sociaux, des professeurs d'université et des chercheurs. "BNP Paribas Fortis était la seule banque, mais aussi la seule grande entreprise, autour de la table", commence Wilfried Remans. "C'est à mes yeux une belle reconnaissance des efforts de toutes les équipes de banque qui travaillent dans ce domaine."

BNP Paribas Fortis est en effet très active dans le secteur de l'entreprenariat social, de plusieurs façons: en soutenant depuis 2010 l'organisme de microcrédit microStart, à l'origine de la création de milliers d'emplois, mais aussi en proposant une approche dédiée aux entrepreneurs sociaux. "Cette approche est le fait d'une petite équipe centrale de la Banque des Entrepreneurs, désormais insérée dans l'écosystème des entrepreneurs sociaux, qui peut compter sur 18 commerciaux et 16 analystes-crédit spécialisés répartis sur tout le territoire. BNP Paribas Fortis est la seule banque à proposer une approche qui rencontre les besoins spécifiques des entrepreneurs sociaux." En outre, la banque travaille aussi activement au développement de 'Social Impact Bonds'*, permettant de financer des entrepreneurs sociaux autrement.

Messages au Roi
Cette rencontre a été non seulement l'occasion d'échanger avec des partenaires actuels ou futurs, mais aussi de faire passer quelques messages au Roi. "Tout d'abord, j'ai insisté sur l'importance de ce secteur. Les entrepreneurs sociaux répondent toujours à des enjeux sociétaux, qu'ils ont identifiés avant les autres. L'innovation dont ils font preuve est une source d'inspiration fondamentale pour les grandes entreprises, qui doivent de plus en plus intégrer des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance, ndlr) à leur modèle, sous la pression de l'opinion publique, des régulateurs et des marchés financiers."

Wilfried Remans a ensuite expliqué quelles leçons la banque avait tirées de ses expériences. "Si nous voulons donner davantage d'impact au microcrédit en Belgique, nous devons nous inspirer de la France et des Pays-Bas, qui ont développé une plateforme au niveau national.  De même, il me semble que beaucoup reste à faire pour aider les entrepreneurs sociaux à démarrer leur activité, en centralisant toutes les aides, plateformes et initiatives existantes. Enfin, dans le domaine des Social Impact Bonds, un cadre légal plus clair est nécessaire."

Plus d'infos sur les autres invités à la table ronde sur le site officiel de la Monarchie belge.