BNP Paribas Fortis participe à la 'Journée Chantiers Ouverts' du dimanche 19 mai.

Si vous passez régulièrement devant les imposantes colonnes blanches du futur siège social de la banque, vous vous êtes sans doute déjà demandé à quoi pouvait bien ressembler l’intérieur du bâtiment en construction.

 

Bonne nouvelle: vous allez bientôt pouvoir y jeter un coup d’œil indiscret. À l’occasion de la 'Journée Chantiers Ouverts' qui se tiendra le dimanche 19 mai entre 10 et 17 heures, BNP Paribas Fortis et l’entrepreneur Eiffage ont en effet décidé d’ouvrir le chantier au public. Une opportunité unique de découvrir, entre autres, une partie du gigantesque bassin d’eau qui permettra la régulation thermique du bâtiment, l’atrium qui orientera les collaborateurs vers les différentes zones de l’édifice, ou encore la manière dont le nouveau Montagne du Parc sera connecté avec la Ville de Bruxelles.

 

Chantier Montagne du Parc: à quoi s'attendre en 2019?

 

Un an et demi après le début des travaux, les 300 colonnes qui définiront le look du futur siège social de la banque, à Bruxelles, sortent de terre. L'occasion de faire le point sur l'évolution du chantier.

A ce stade, les travaux de démolition et de construction du nouveau bâtiment Montagne du Parc n'accusent aucun retard. L'inauguration de cet édifice moderne et durable qui accueillera à terme plus de 4.500 postes de travail est donc toujours prévue pour fin juin 2021.

 

Entre août 2017 et août 2018, les travaux portaient principalement sur le gros œuvre en sous-sol, à savoir tout ce qui concourt à la solidité et la stabilité du bâtiment.

Aujourd'hui, le gros œuvre des cinq niveaux souterrains est terminé. C'est là que se trouvera, notamment, la cuisine industrielle qui alimentera les différents espaces de restauration – chacun avec son ambiance, son style et son orientation culinaire – situés dans les étages supérieurs du bâtiment.

 

Mais ce n'est pas tout: en sous-sol, il y aura aussi un parking doté de 228 emplacements pour voitures et motos et un autre pouvant accueillir 330 vélos; les locaux techniques; la zone de chargement et déchargement (ou 'loading bay') pour la logistique de l'immeuble; la ligne de métro (non visible); les zones d'archives mortes et, last but not least, le Seasonal Thermal Energy Storage (STES). A savoir un énorme bassin d'eau d'un volume de 14.000 m³ qui servira à chauffer et refroidir le bâtiment via le principe de la géothermie.

 

 

L'exosquelette prend forme

Depuis fin août, les différentes équipes actives sur le chantier s'attaquent aux étages supérieurs. Ou, pour le dire autrement, au gros œuvre de la superstructure et de l'exosquelette du bâtiment.

Si vous passez ces jours-ci aux alentours du chantier Montagne du Parc, vous verrez en effet que les colonnes en béton architectonique blanc sont en train d'être érigées. Jusqu'au niveau 4, pour l'instant, sur un total de 9. D'ici la fin décembre, les quelque 1.250 éléments qui formeront cet ensemble architectural caractéristique composé de 300 colonnes auront été placés.

 

Des commerces, une brasserie, un auditorium et des patios intérieurs

On pourra bientôt découvrir également, du côté de la rue Ravenstein, les poutres 'arcade' qui dessineront une galerie devant les futurs commerces, à l'avant du bâtiment.

Précisons d'ailleurs qu'outre ces espaces commerciaux prévus en façade – que BNP Paribas Fortis louera à des exploitants externes – l'immeuble Montagne du Parc disposera aussi d'une brasserie, elle aussi louée à des tiers, et d'un auditorium qui ne sera pas exclusivement réservé à la banque.

Construire un bâtiment ouvert au monde extérieur, en interaction avec son environnement direct, est une volonté très claire de la direction. C'est aussi pour cela que le grand public pourra déambuler, pendant les heures de bureau, dans les patios verts intérieurs que l'on devine déjà à l'intérieur du chantier. Ils seront accessibles via quatre grandes entrées qui sont d'ores et déjà visibles.

Dans le même ordre d'idée, un ascenseur public destiné notamment aux personnes à mobilité réduite sera implanté sur le haut de la rue Baron Horta.

 

Jusqu'à 1.000 ouvriers sur le site

Egalement au programme pour cette année: la pose des premiers châssis, à partir du mois de juin, du côté du Bozar. Différents tests d'étanchéité seront également pratiqués entre mai et octobre.

Précisons aussi, pour conclure, que si la construction des niveaux supérieurs du bâtiment est en cours, les finitions ne sont prévues que pour 2020. À ce stade, près de 1.000 ouvriers seront parfois présents sur le chantier, contre 100 à 200 aujourd'hui. De quoi lui donner des allures de fourmilière avant une inauguration en grandes pompes que nous attendons, personnellement, avec beaucoup d'impatience!

 

 

Press Team